mercredi 12 septembre 2007

Rapport de l’OCDE sur les agrocarburants : Un remède pire que le mal ?

Dans un rapport discuté aujourd’hui à Paris lors d’une table ronde sur le développement durable, l’OCDE fait part de ses inquiétudes sur le développement des agrocarburants, jugeant « très limitée » la capacité des agrocarburants à couvrir les besoins énergétiques des transports « sans nuire aux prix alimentaires ou à l’environnement ». Si la fédération France Nature Environnement (FNE) se félicite de cette analyse, elle émet cependant quelques réserves sur les propositions formulées. En pleines négociations du Grenelle de l’environnement, FNE rappelle enfin que le principal remède au changement climatique reste la sobriété énergétique.

Jean-Claude Bévillard responsable du pôle Agriculture-Forêt de FNE, explique : « à l’échelle nationale comme à l’échelle mondiale, la production d’agrocarburants ne pourra constituer qu’un appoint marginal à nos besoins énergétiques. » En effet, les besoins alimentaires resteront prioritaires !

D’un point de vue énergétique, climatique, environnemental et sanitaire, le bilan de la filière éthanol est largement controversé.

C’est pourquoi FNE soutient la proposition du rapport de taxer les émissions de gaz à effet de serre plutôt que de subventionner la production d’agrocarburants et de mieux évaluer les conséquences de la production des agrocarburants. FNE demande également d’encadrer la production industrielle par un cahier des charges environnemental, et de privilégier l’auto-consommation d’huile brute à la ferme, plus avantageuse d’un point de vue énergétique.

Les objectifs d’incorporation fixés par l’Union européenne et par la France génèrent un risque supplémentaire : celui d’accroître les importations d’éthanol du Brésil ou d’Indonésie, au prix d’une déforestation dont les conséquences environnementales seront catastrophiques. Sur ce plan, FNE s’oppose donc de manière ferme à la proposition du rapport de réduire les droits de douane sur les agrocarburants risquant d’encourager leur production par les pays en développement.

FNE rappelle enfin de ne pas perdre de vue l’essentiel : la réponse au défi climatique ne pourra se faire sans repenser nos modes de transports et de consommation.

4 commentaires:

Surfou a dit…

Quid du très grand potentiel des micro algues, vous n'en parlez pas ?

Mr Besset
http://www.eco-veille.com
(taper 'algues' dans le champ 'search')

Sarah Tenot a dit…

Bonjour,
je me sens très concernée par votre article. Je dirige la Fondation Frank Tenot, qui a permis, grâce à son soutien financier depuis 10 ans sans discontinuer,la création et le développement du Jardin Botanique de Marnay sur Seine dans l'Aube, au coeur de la Bassée (le seul jardin botanique de Champagne-Ardenne).
La Direction Régionale de l'Environnement a retenu le village de Marnay et son Jardin Botanique comme la porte d'entrée de la future réserve naturelle de la Bassée.
Malheureusement, un industriel a décidé d'implanter une usine de production d'éthanol (classée Seveso seuil haut) sur un terrain de 48 hectares à l'entrée de notre village. L'enquête publique est en cours et, si nous ne faisons rien, nous allons assister au saccage d'un panorama unique sur la vallée de la Seine ainsi qu'à la lente destruction de la Bassée, l'un des derniers grands milieux naturels d'Europe.
J'EN APPELLE A LA RESPONSABILITE DE CHACUN POUR EMPECHER CE MASSACRE !
DANS NOTRE CAS, L'ETHANOL EST UNE MENACE DIRECTE POUR NOTRE ENVIRONNEMENT, ALORS QU'IL EST OFFICIELLEMENT PRESENTE COMME DEVANT SAUVER LA PLANETE. Or, nous savons pertinemment qu'il n'en est rien, et que cette affaire n'est qu'une fois de plus une affaire de gros sous.
Aidez-nous ! L'enquête publique est en cours jusqu'au 27 septembre. Ecrivez à M. Jean-Claude DARDENNE à la mairie de MARNAY SUR SEINE, 10400 AUBE.

Sarah Tenot (06 63 56 99 78)

3B Conseils, cabinet conseils en communication. a dit…

Il y a d'autres formes d'énergies possibles que les agro carburants. : ce sont toutes les énergies issues de la mer. Espérons que ces formes d'énergies soient évoquées dans le nouveau Grenelle de L'environnement. Le blog http://energiesdelamer.blogspot.com/
en donne un aperçu assez complet... mais tout reste à faire dans ce domaine...

Parside a dit…

Développer les énergies marines (courants, houle, vagues) est une très bonne idée. D'autant plus que cela permet de produire de l'électricité jour et nuit, chaque jour de l'année.

Pour les agrocarburants (éviter cette abus de "biocarburant") une petite lecture instructive :
La fin progressive du pétrole
qui montre aussi que la production de pétrole va très vite diminuer (les agrocarburants sont déjà comptés dans le total de la production).