lundi 8 octobre 2007

Grenelle de l’environnement : Bilan de la première consultation régionale à Bourges

La première réunion régionale du Grenelle de l’environnement vient de s’achever à l’auditorium de Bourges. Bilan par France Nature Environnement.


Sur la forme, malgré des difficultés évidentes d’organisation, six ateliers thématiques, composés chacun d’une quarantaine de personnes, se sont réunis ce matin. La représentation des différents acteurs était assez équilibrée dans l’ensemble. L’après-midi, jusqu’à 18h30, un débat en plénière, sous la présidence du Préfet et de M Lepelletier, ancien Ministre, a réuni environ 500 personnes. Le débat a commencé par la projection d’un film sur le Grenelle puis un exposé des rapporteurs des ateliers thématiques du matin. Des personnalités du Grenelle « national » étaient présentes comme le climatologue Jean Jouzel. Le pilotage global de la journée était assuré par Mme Betina Laville.


Sur le fond, le débat en plénière a permis de nombreuses interventions de qualité dans une ambiance constructive sur des sujets variés comme les OGM, les éoliennes ou la biodiversité. De manière générale, les intervenants ont demandé que le Grenelle n’accouche pas de mesurettes médiatiques qui ne seraient pas de vraies mesures de rupture, susceptibles de répondre à l’urgence écologique, y compris au niveau local. Il n’est plus question de se contenter de slogans ou d’actions ponctuelles de communication.



Bilan ? Les participants se sont interrogés sur la manière dont il serait tenu compte des observations et interventions de la journée. Celles ci doivent être portées à la connaissance du public dans son entier et suivies par les acteurs de la négociation finale du Grenelle. Une précision méthodologique serait la bienvenue pour qu’il soit garanti que ces réunions ne sont pas un exercice obligé.

Pour Arnaud Gossement, porte parole de FNE : « la réunion publique de Bourges a démontré l’ancrage territorial et la représentativité de France Nature Environnement ainsi que la capacité de ses associations, comme Nature Centre, à travailler ensemble, dans un délai très court sur des enjeux complexes et fondamentaux. France Nature Environnement avait déjà été le porte voix de ses associations lors de la première phase du Grenelle. Elle souhaite désormais que les revendications et analyses que ces associations défendent lors des consultations régionales fassent l’objet d’un rapport dont il soit obligatoirement tenu compte lors des négociations finales du Grenelle ».

8 commentaires:

Cléo a dit…

Au titre de membres d'une association de défense de l'environnement basée en Seine Saint Denis, nous avons reçu une invitation à participer au débat public qui a lieu à Drancy le 17.
Mais nous ne sommes pas invités aux ateliers qui ont lieu avant la réunion générale. Pourquoi? Qui participe à ces ateliers? Si les acteurs de l'environnement n'y sont pas conviés, à qui sont-ils destinés?
Nous n'avons pas d'information

David Chollet a dit…

ambiance constructive, y compris sur les OGM, vraiment ?
c'est trop aimable pour les militants anti-OGM manifestants en marge du grenelle de Bourges qui ont été chargés par les forces de l'ordre durant votre réunion constructive...
pas un mot dans votre bilan pour la militante Verte de l'Indre, ancienne conseillere muncipale de Chateauroux, qui en a pour 10 jours d'ITT.
Vous ne vouliez pas prendre le risque de porter une ombre sur le caractère constructif de l'ensemble de la journée ?

David Chollet
secrétaire départemental des Verts Indre et Loire

moulinot a dit…

J'ai connu trop tard la tenue de la réunion à Bourges pour y participer, mais heureusement! J'imagine que je me sois retrouvé à l'entrée à 14 heures lorsque d'après un journal local: "... quand soudain, les policiers se mettent à charger les manifestants". Une amie sera conduite aux urgences. Une fracture du sternum et une ecchymose au poignet lui valent une ITT de 10 jours. Que peut-on espérer d'une telle chienlit?

danielle a dit…

invitée aussi le 17
on y sera
ah mais !

Claude Letertre a dit…

Rien ne pourra aboutir tant que nos
concitoyens ne seront pas convaincus qu'ils leur faudra, dans avenir trés proche, considérablement réduire leur niveau de vie . Seulement alors nos
dirigeants et nos élus auront le courage de prendre les mesures qui
s'imposent pour sauver la planète .
L'effort demandé devra bien sûr être en rapport avec le revenu de
chacun .
Il n'est pas interdit de rêver car ça n'émet pas de gaz à effet de serre ...

simonelisabeth a dit…

SVP qu'est-ce que les PCB, je suis novice sur la question.
simonelisabeth@wanadoo.fr. Merci.

Didier a dit…

Simonelisabeth, de quels pcb parles-tu?

Si ce sont les saletés auxquelles je pense, voir ici :

http://www.belgochlor.be/fr/H505.htm

Les gens possédant des réfrigérateurs, congélateurs et autres appareils datant d'avant 1980 susceptibles de contenir des pcb dangereux sont fortement priés de les ramener chez leur fournisseur en électroménager, celui-ci confiera le démantèlement à un organisme spécialisé; enfin, il faut l'espérer...

Anonyme a dit…

Actuellement en charge de la politique environnementale pour une commune mosellane, j'ai souhaité connaître le fonctionnement de la réunion du grenelle qui se tient à Epinal, vendredi 19 octobre. J'ai appelé à la préfecture, qui organise la réunion, et j'ai demandé au responsable du développement durable, à partir de quel critère les participants aux tables de réunion prévues l'après-midi ont été sélectionnés. Réponse approximative. Je lui ai donc fait part de notre souhait de présenter des solutions novatrices pour la pollution automobile (dopage à l'eau). Il devait me rappeler. A ce jour, silence radio ... On a tous bien compris comment cela se passait !