vendredi 5 octobre 2007

6 mois de prison avec sursis pour le président du marché du porc breton

Le président du marché du porc breton a été condamné jeudi à Morlaix (Finistère) à six mois de prison avec sursis et 7.500 euros d'amende, pour pollution des eaux par déversement accidentel d'effluents de lisier. Eau et Rivières de Bretagne, association adhérente de France Nature Environnement, s’était portée partie civile dans ce procès (http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?47/332&p=1) . Cette condamnation met à nouveau en évidence la nécessaire refondation de l’élevage breton sur des bases acceptables pour les équilibres naturels. Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, France Nature Environnement demande des mesures de résorption des pollutions diffuses.



Pour Jean-Claude Bévillard, chargé des questions agricoles et forestières : « cette affaire le montre : les mesures partielles, comme la mise en place de stations de traitement de lisier, conduisent à l’impasse. Seule une diminution du cheptel est susceptible de résorber les excédents d’azote qui détériorent gravement presque l’ensemble des rivières et des eaux souterraines françaises »

De la même manière, l’utilisation des pesticides doit être fortement diminuée pour retrouver une qualité des sols et des eaux souterraines dans les régions de cultures intensives. C’est une urgence pour la santé publique.

Pour cela, c’est bien une remise en question profonde des modèles agricoles actuels qui sera nécessaire, notamment pour atteindre l’objectif de bon état des eaux en 2015, fixé par la Directive Cadre sur l’Eau. Cette remise en cause impose une réorientation forte des modalités d’attribution des aides de la Politique Agricole Commune

France Nature Environnement et Eau & Rivières de Bretagne demandent dans le Grenelle de l’environnement une diminution de moitié des traitements de pesticides d’ici 2013, un objectif sérieux de résorption des pollutions diffuses, ainsi qu’une taxation progressive et à un niveau suffisant des engrais et des phytosanitaires.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

enfin un espoir.En Bourgogne, nous luttons contre l'enchonnement industriel de notre légion, car nous commençond à avoir de graves problèmes d'eau. 1 Reclesnes, à 10km d'Autun en Saone et loire, l'association SEVE(santé,environnement, vie, eau) dont je suis la sécrétaire est en procès contre une porcherie...
Saint gervais en vallière également Le dossier témoigne de tromperie de l'administration. continuons donc à lutter ensemble

delphine a dit…

enfin un espoir.En Bourgogne, nous luttons contre l'enchonnement industriel de notre légion, car nous commençond à avoir de graves problèmes d'eau. 1 Reclesnes, à 10km d'Autun en Saone et loire, l'association SEVE(santé,environnement, vie, eau) dont je suis la sécrétaire est en procès contre une porcherie...
Saint gervais en vallière également Le dossier témoigne de tromperie de l'administration. continuons donc à lutter ensemble

Yffig (bzh) a dit…

C'est une bonne nouvelle pour l'environnement,l'élevage industriel de cochons ou de volailles est une abération...Au plan nutritionnel, au plan agronomique, au sens éthique de l'agriculture,et une véritable catastrophe pour le tissu agricole.Il n'y a plus que des grosses fermes qui s'approprient le maximum de surfaces par des méthodes par toujours très licites,et je ne cite personne, mais bon...Ici dans le Finistère (29), pour faire un max. de cochons,un agri?industriel fait de la production laitières pour pouvoir épandre un max. de lisier sur ses champs, et donc un max. de maïs(c'est une catastrophe,pour l'érosion des sols,et pour plein d'autres raisons...), pour l'ensilage et il y a la primes(pac)et un pourquoi pas un peu de vidange de fausses septiques,au "black" pour rentabiliser sur son super-méga-épandeur 4X4GPSProfilé sport, c'est bon pour les plantes,surtout le maïs, il y a de l'Azote... une honte...Plus il a de terres, mieux il se porte.Ce n'est plus de l'agriculture...enfin il y a tant de choses à dire sur le sujet...Alors c'est vraiment une bonne nouvelle.
Mangez des cochons Bio ou de plein air, arrêtez d'acheter du jambon emballé en super marché,favorisez les petits producteurs qui font de la vente directe (bio ou pas), le marché équitable est d'abord local,soyez attentif à vos achats.Mais surtout ne vous trompez pas de cible,plus que les agriculteurs, ce sont les grands groupes agro-industriels qui tirent les ficelles...Alors soyez consom'acteurs...

Kenavo

Didier a dit…

Faire payer les pollueurs, soit!
Combien payons-nous d'amande à l'EU pour nos cochons cohons déjà?..

Puisque tout est commerce, n'y aurait-il pas un moyen de transformer (concentrer, déssécher, faire entrer dans d'autres compositions) le lisier en engrais vert afin de le substituer a l'ammonitre chimiques épandu en masse en agriculture?

Si nous commencions par nourrir ces petites bêtes correctement plutôt que de les gaver d'ignobles ou mystérieux aliments ce qui en sortirait serait plus équilibré.