lundi 8 octobre 2007

Abandon du projet de mine d’or en Guyane : un message en or vers les industriels !


Par un communiqué de presse publié vendredi, la société Iamgold Corporation, opératrice du projet de mine d’or à ciel ouvert en Guyane, dans la Montagne de Kaw, s’étonne vivement de la proposition du groupe de travail sur la biodiversité d’abandonner le projet dans le cadre du Grenelle de l’Environnement. Cet étonnement crée à son tour la surprise au sein des associations de protection de la nature. La fédération France Nature Environnement et la ligue ROC, depuis l’annonce de ce projet, expliquent pourtant que cette exploitation minière industrielle n’est pas acceptable dans le cadre d’un développement durable de la Guyane.


- Tout d’abord, ce projet était prévu dans un secteur reconnue officiellement d'intérêt écologique majeur, dont la valeur est démontrée par deux réserves naturelles, une zone humide de valeur internationale classée Ramsar, le tout situé dans un Parc Naturel Régional. Comment penser que soient autorisées l’ouverture d'une carrière gigantesque et l'exploitation d’une usine Seveso II dans un tel endroit ?

- Ensuite, comme l’ont très souvent répété les associations lors des diverses enquêtes publiques, les études d’impact ont souffert d’inventaires écologiques largement incomplets et les évaluations des impacts de cette activité industrielle étaient à approfondir.De plus, les dossiers présentés par Iamgold révélaient d’importantes incohérences et imprécisions quant aux procédés industriels certes innovants, mais jamais éprouvés en milieu tropical, notamment avec l’utilisation du cyanure pour le traitement du minerai.

- Enfin, les engagements de Iamgold quant à la remise en état du site après l’exploitation sont aussi brumeuses que les petits matins sur le marais de Kaw. En effet, à ce jour, personne ne possède les clés pour reconstituer, en zone tropicale, des sols bouleversés et recréer une forêt primaire avec autant de diversité écologique. Iamgold proposait de faire de la Montagne de Kaw un immense laboratoire permettant d’acquérir des techniques en vue d’avoir une expérience pour mieux détruire ailleurs.

France Nature Environnement et la ligue ROC se félicitent de l’abandon de ce projet qui reconnaît enfin la valeur de l’or vert. Elle veut aussi que cette expérience malencontreuse qu’a subi Iamgold serve d’exemple à l’ensemble des industriels qui ne peuvent plus aujourd’hui impunément afficher un discours vert et agir en destructeur de la nature.

1 commentaire:

Balland Pierre a dit…

Ce projet, là où il se situe, dans les conditions où il a été conduit, avec les menaces dont il est porteur pour l'avenir, DOIT ETRE REJETE définitivement.
Le CODERST, et notamment les services de l'Etat qui y sont partie prenante, a éré délibérément trompé par le pétitionnaire, qui lui a soumis une étude d'impact outrageusement tronquée par rapport aux études scientifiques conduites (rapport ECOBIOS notamment).
S'il est autorisé sur ce site, ce sera alors la porte ouverte au massacre de toute la montagne de Kaw, sur laqielle le pétitionnaire dispose de larges surfaces déjà concédées (3000 ha) ou en permis de recherche (5000 ha). Comment arrêter la soif de l'or quand on sait que le sous-sol de cette montagne est gorgé d'or ?
Outre qu'il constitue une horreur écologique non compensable, dont la perte écologique n'a été qu'approchée par le pétitionnaire, ce projet doit être définitivement rejeté, comme le suggère le groupe de travail du Grenelle de l'environnement.