mercredi 1 août 2007

Interview d’Arnaud Gossement, porte parole de France Nature Environnement

Q : Le Grenelle aura-t-il lieu ?

Oui, à la demande de France Nature Environnement, l’Etat a confirmé que ce Grenelle ne se transformerait pas en Etats généraux de l’environnement. Les propositions retenues seront bien le résultat d’une négociation entre acteurs (pouvoirs publics, patronat, syndicats et associations) des six groupes de travail thématiques. Le Grenelle se conclura par une table ronde en octobre prochain.

Q : Le Grenelle sera-t-il un évènement « parisien » ?

Si tel était le cas, ce serait un échec ! En réalité, une consultation régionale sera organisée du 1er au 15 octobre. Elle devrait se traduire par l’organisation de réunions publiques, en région, de manière à permettre à chacun de commenter, d’illustrer ou de compléter les propositions sélectionnées à l’intérieur des groupes. Il ne fait aucun doute que les fédérations régionales et les associations de FNE doivent être étroitement associées à la préparation et à l’organisation de ces réunions.


Q : Alors : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ?


R : Le Grenelle correspond à une attente très forte de notre société mais ne soyons pas naïfs, si les réunions des groupes de travail sont passionnantes, les constats et les points de vue sont très divers ! Certains acteurs n’ont pas souhaité publier leurs propositions à l’inverse de la fédération qui a choisi de le faire dés le début des négociations, de manière à ce que celles-ci ne portent pas sur la forme mais bien sur le fond. Par ailleurs, certaines initiatives ne nous aident pas. L’Etat a semble-t-il, la volonté d’avancer mais la signature du règlement communautaire sur l’agriculture biologique, l’absence de suspension des cultures d’OGM ou des travaux de réalisation de réacteurs nucléaires démontrent que la réussite du Grenelle sera fonction de notre capacité à faire reculer le lobby surpuissant des pollueurs en tous genres.

Q : Le Grenelle aura-t-il une suite ?

R : Le Grenelle est un commencement pas un aboutissement. Tout d’abord, il est indispensable, que les lois de protection de l’environnement qui ne sont pas encore appliquées le soient enfin. Par ailleurs, dés la fin de l’année, des mesures concrètes devront être prises et appliquées rapidement. Enfin, il est indispensable qu’en octobre prochain, le statut des associations représentatives et légitimes de protection de l’environnement ait changé de manière à ce qu’elles deviennent de véritables « partenaires environnementaux ». Ces nouveaux partenaires animeront un dialogue environnemental avec les collectivités publiques, l’Etat, les entreprises. Si le Grenelle échoue, nous devrons nous en expliquer auprès de nos enfants..

4 commentaires:

Demeter a dit…

Comment aurons nous connaissance des réunions publiques ?

Un militant de base a dit…

"Partenaires environnementaux" : eh bien voilà un objectif à décliner à tous les échelons. Les associations de FNE en régions et dans les départements vont-elles s'investir autant que FNE le fait à l'échelon national? Il le faut. Allez-y... Mobilisez vos adhérents. Tous les acteurs des groupes de travail vont faire bouger la France.

Profitez-en pour colorer votre logo ou même pour en changer... car une nouvelle ère peut s'ouvrir sur le terreau fertile de vos 40 ans d'expérience.

France Nature Environnement a dit…

Les dates et lieux des réunions publiques en région ne sont pas encore connues mais l'information sera publiée sur ce blog dés que possible.

Boulongne a dit…

Bien bien le discours !
Quelle allure ! Quelle assurance !

Bon, sans rire, le message est clair et bien monté ; bon travail la fédération !

J'espère que le Grenelle ne fera pas l'impasse sur les OGM qui, localement, s'insinuent un peu partout. En Isère, entre autres.
Et ça va donner du fil à retordre aux négociations...

A la FRAPNA comme ailleurs, on va y jeter un coup d'oeil régulier, à ce blog !

Rémi Boulongne