mercredi 25 juillet 2007

Suppression des jachères agricoles en plein Grenelle de l'Environnement: FNE et la LPO demandent des contreparties

Alors même que débutaient les groupes de travail du Grenelle de l’environnement, la Commission européenne a annoncé, la semaine dernière, son intention de supprimer la jachère PAC en 2008. Si le gel des terres a perdu sa justification économique, il présente des intérêts environnementaux majeurs qui doivent être reconnus et maintenus. C’est pourquoi la fédération France Nature Environnement et ses associations affiliées, dont fait partie la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), demandent, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, que 10% de l’espace agricole soit dédié à la biodiversité, sous la forme de zones de régulation écologique.

Créé par la réforme de la PAC de 1992 face à la surproduction céréalière, le « gel obligatoire » de 10% des terres était, depuis plusieurs années, déjà menacé par les cultures « non-alimentaires » telles que les agro-carburants. Le 16 juillet dernier, Mariann Fischer Boel, Commissaire européenne à l’agriculture, est allée plus loin en annonçant, en Conseil européen des Ministres de l’agriculture, qu’elle proposerait à la Commission de fixer à 0% le taux de jachère obligatoire pour la campagne 2007-2008. La France, en plein lancement du Grenelle de l’environnement, a soutenu cette proposition. Bien que temporaire, cette décision marque une étape supplémentaire vers la fin des jachères.

Il est essentiel que cette décision – avant tout économique – ne porte pas atteinte à l’équilibre écologique des zones cultivées. Allain Bougrain-Dubourg, Président de la LPO, explique : « Les jachères sont devenues, depuis leur création, les rares refuges de biodiversité des plaines cultivées et zones céréalières : sans elles, nombre d’espèces de flore et de faune autrefois banales et maintenant rares, n’auraient pu se maintenir. Elles contribuent, de plus, au repos des terres et à la baisse de la pression phytosanitaire sur les cours d’eau ».

Pour Jean-Claude Bévillard, secrétaire national en charge des questions agricoles à FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT : « Quel que soit l’avenir réservé aux jachères obligatoires, l’espace agricole aura toujours besoin, pour son équilibre, de zones de régulation écologique. C’est pourquoi, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, France Nature Environnement demande que 10% de la surface agricole de chaque exploitation soit dédiée à la biodiversité : haies, bandes enherbées non traitées, ripisylves, corridors écologiques. »

La fédération France Nature Environnement et ses associations affiliées seront également très vigilantes sur ce point dans le cadre de la révision à mi-parcours de la PAC en 2008.

2 commentaires:

serge a dit…

Serge écrit

Les insectes ont besoin de haies, de jachères, de bords de routes sans désherbants...
Ces cheminements plus ou moins larges à travers toutes les campagnes sont des itinéraires indispensables. Merci de les défendre.
Et puis, la terre et ses travailleurs souterrains ont besoin de repos.

Jean Pierre Jacob a dit…

Attention à ce qui pousse dans les jachères..bien faire un inventaire des plantes qui y poussent et voir les relations précises avec les insectes.Les oiseaux, c'est bien certes, mais on oublie beaucoup la petite faune moins médiatisée.